Le football international gallois a fait beaucoup de chemin depuis ses débuts à la fin des années 1800.

La route a été longue et invariablement cahoteuse, parsemée de hauts et de bas, mais alors que nous entrons dans un nouvel âge d'or du football gallois grâce à Gareth Bale, Aaron Ramsey, Joe Allen et la génération de l'Euro 2016, l'avenir s’annonce brillant pour un sport qui est aujourd’hui plus populaire que jamais.

Pour découvrir les racines du football au Pays de Galles, il faut remonter près de 150 ans en arrière, jusqu’en 1876.

C'est alors que celui que l'on surnomme « le père du football gallois », Llewelyn Kenrick, un notaire gallois qui est devenu le fondateur de la Football Association of Wales (FAW), a organisé le premier match international de football gallois contre l'Écosse.

Et tout cela est parti d'une annonce dans un journal.

Il est presque certain que le premier match de football au Pays de Galles a eu lieu quelque part à Wrexham ou dans les environs. Nous ne saurons peut-être jamais où exactement, mais il y avait suffisamment de footballeurs à Ruabon pour établir un club au domaine de Plas Madoc en 1869. À Wrexham même, les joueurs de cricket locaux ont créé leur propre club de football au stade communément appelé « The Racecourse » en 1872. Cette même année, les Anglais et les Écossais se sont affrontés lors du tout premier match international de football.

En janvier 1876, Llewelyn Kenrick a vu une publicité annonçant un défi dans « The Field », un journal londonien destiné aux amateurs de sport. Le défi consistait à organiser un match de football entre le Pays de Galles et l'Écosse ou l'Irlande. La course était lancée : mais s'agira-t-il de rugby ou de football association ?

Kenrick voulait que ce soit du football association. Il agit rapidement. Il raconte à « The Field » que les footballeurs du nord du Pays de Galles ont accepté le défi et il passe des annonces pour trouver des joueurs :

En février 1876, Kenrick crée l'Association de football du Pays de Galles, faisant face aux critiques venant du sud du Pays de Galles qui demandent que cette nouvelle équipe galloise soit composée de joueurs de rugby et non de football.

En mars, Kenrick choisit ses joueurs et part vers le nord.

Le match contre l'Écosse a finalement eu lieu à Glasgow, au West of Scotland Cricket Club, en mars 1876. L'équipe galloise, composée de dix joueurs ayant des liens avec le nord du Pays de Galles et d'un joueur solitaire du sud, s'est inclinée 4-0. Le match retour l'année suivante à Wrexham s'est soldé par une défaite 2-0. Le Pays de Galles a peut-être perdu les deux matchs, mais pas son goût pour le football.

Kenrick a dû faire face à de nombreux obstacles aux balbutiements du football international gallois. Ses joueurs ne se rencontraient que les jours de match et un des joueurs de Ruabon devait jouer sous un faux nom au cas où son employeur le découvrirait. Il y a même eu des querelles pour savoir qui était qualifié pour jouer pour le Pays de Galles.

Le football gallois sera dominé par le nord dans les premières années de la FAW, avec des clubs tels que le Wrexham AFC, le Oswestry Town FC et le Chirk AAA FC. En 1877/78, la Coupe du Pays de Galles a été organisé, dont le but premier était de trouver des joueurs de calibre international. Wrexham a été le premier vainqueur de la compétition et le tournoi a rapidement acquis ses lettres de noblesse. Mais ce n'est qu'en 1912 qu'une équipe du sud du pays de Galles, le Cardiff City FC, a soulevé le trophée pour la première fois.

Le premier match international de football association, entre l'Écosse et l'Angleterre, a eu lieu en novembre 1872. À la suite de cette rencontre, un calendrier de matchs internationaux entre les quatre nations britanniques s'est progressivement développé, les matchs ayant lieu entre janvier et avril de chaque année. En 1884, pour la première fois, les six matchs possibles ont été joués et le Championnat britannique des Nations constitutives a été créé. Ce calendrier s'est poursuivi sans interruption jusqu'à la Première Guerre mondiale.

Le sport a finalement commencé à s'implanter dans le sud du Pays de Galles dans les années 1890, et les appels se sont multipliés pour que les matches internationaux soient joués dans le sud. En 1902, la Welsh Football League est créée. À la même époque, cependant, de nombreuses équipes galloises ont commencé à rejoindre les ligues anglaises à la recherche d'un adversaire de plus haut niveau.

Les difficultés étaient immenses car la plupart des meilleurs joueurs gallois faisaient carrière dans des clubs anglais et leur libération et leur disponibilité pour les matchs internationaux n'étaient jamais garanties.

Néanmoins, en 1907, avec les premières superstars dans ses rangs, comme le prodigieux attaquant Billy Meredith et l'énigmatique gardien de but Leigh Richmond Roose - un héros de guerre qui a tragiquement péri à la bataille de la Somme en 1916 - le Pays de Galles, invaincu, a remporté le Championnat britannique des Nations constitutives pour la première fois, avec des triomphes ultérieurs avant la Seconde Guerre mondiale en 1920, 1924, 1928, 1933, 1934 et 1937.

En 1927, le football gallois entre dans l'histoire lorsque Cardiff City devient le premier et le seul club gallois à remporter la FA Cup.

Deux ans auparavant, en 1925, les Bluebirds avaient atteint la finale pour la première fois, mais s'étaient inclinés 1-0 face à Sheffield United.

Après le match, leur légendaire capitaine Fred Keenor a commenté : « Ce n'est pas parce que nous avons perdu notre toute première finale de Coupe que nous devons nous plaindre. Je peux dire ici et maintenant que dans un futur proche, nos supporters peuvent être sûrs que Cardiff City apportera cette coupe au Pays de Galles. »

Il ne croyait pas si bien dire.

La Seconde Guerre mondiale avait mis un frein au football international. Cependant, six années de guerre avaient suscité un énorme appétit pour le football international au Pays de Galles. Le 19 octobre 1946, 30 000 personnes regardent le Pays de Galles jouer contre l'Ecosse à « The Racecourse », le stade de Wrexham. Le football est de retour.

Dans les années d'après-guerre, le Pays de Galles prépare le terrain pour assurer son avenir en lançant la Youth Cup en 1946-47, et l’équipe des jeunes du Pays de Galles a joué son premier match international en 1948.

Le Pays de Galles participe aux qualifications pour la Coupe du monde de la FIFA pour la première fois dans les années 1950. Toutefois, le seul succès de la nation à ce jour dans une phase finale de la Coupe du monde a été obtenu en Suède en 1958.

Le légendaire sélectionneur Jimmy Murphy et ses joueurs ont transformé la réputation footballistique du Pays de Galles en Suède. Le Pays de Galles avait trouvé un riche filon de talents footballistiques, dont la star John Charles et son frère Mel, Ivor Allchurch et son frère Len, Jack Kelsey et Cliff Jones. Le Pays de Galles a du mal à se qualifier, mais la politique mondiale lui donne un coup de chance.

Toutes les équipes du groupe de qualification d'Israël refusent de jouer contre eux. Le Pays de Galles, qui était arrivé parmi les seconds du groupe européen, était inscrit à un tirage au sort pour affronter Israël dans un match de barrage en deux manches. Le Pays de Galles est tiré au sort et remporte les deux matches 2-0. Ils se qualifient pour la finale de la Coupe du monde pour la première, et jusqu'à présent, seule et unique fois.

On dit que l'équipe galloise n'est pas à la hauteur de la Coupe du monde. Les joueurs ont rapidement prouvé que leurs détracteurs avaient tort. Les matchs sont difficiles, mais les adversaires du groupe, le Mexique, la Suède et la Hongrie, ne parviennent pas à battre le Pays de Galles sur le terrain.

Le match de barrage entre la Hongrie et le Pays de Galles pour la deuxième place en quart de finale est un match violent. Le Pays de Galles l'emporte 2-1 mais perd Ron Hewitt, qui est hospitalisé et John Charles quitte le terrain en boitant, qui le voit aussi sortir de la compétition. Il manquera cruellement au quart de finale contre le Brésil.

Le Pays de Galles réalise une performance courageuse contre les Brésiliens. Après tant de chance, le sort s'acharne sur le Pays de Galles : une erreur de Pelé touche le pied d'un défenseur et dévie dans le but. Le Brésil avait prédit un match facile. Au lieu de cela, ils ne parviennent qu'à arracher une victoire 1-0. Le Pays de Galles a fait sa marque dans le football international.

La prochaine opportunité de se frotter à la gloire internationale n’arrive qu’en 1976, lorsque le Pays de Galles atteint les quarts de finale du championnat d'Europe sous le sélectionneur Mike Smith.

Lors de l'Euro 76 (seules les demi-finales et suivantes étaient jouées dans le cadre d'un tournoi), le Pays de Galles s'est incliné en quart de finale face à la Yougoslavie en match aller-retour (3-1 sur l'ensemble des deux matchs). Le match retour houleux, qui s'est déroulé au stade de Ninian Park à Cardiff, restera à jamais dans les mémoires en raison de la gestion controversée du match par l'arbitre est-allemand Rudi Glöckner.

Les Yougoslaves obtiennent un penalty douteux, le Pays de Galles manque un penalty, deux buts gallois sont refusés et Glöckner menace d'abandonner le match après avoir été bombardé de pièces de monnaie et de canettes de bière.

Dans la foulée, le Pays de Galles se voit interdire de jouer dans sa capitale.

Au cours des années suivantes, le Pays de Galles est devenu l'une des équipes les plus performantes d'Europe, sous des sélectionneurs comme Mike England et Terry Yorath. Cependant, une deuxième qualification pour une phase finale majeure devait rester une quête insaisissable.

Les passions se sont réveillées lors des éliminatoires de la Coupe du monde 1978. Le Pays de Galles était dans une situation prometteuse dans son groupe avant le match contre l'Écosse, qui devait initialement se jouer à Wrexham avant d'être déplacé à Anfield. La « Main de Jordan » est intervenue lorsque l'attaquant écossais Joe Jordan a touché le ballon, mais l'arbitre a cru qu'il s'agissait d'une main galloise et le Pays de Galles s'est incliné 2-0 et a été éliminé de la Coupe du monde.

Six ans plus tard, les relations entre les nations britanniques sont devenues encore plus glaciales lorsque l'Angleterre a annoncé qu'elle était trop occupée pour participer au Championnat britannique des Nations constitutives. La plus ancienne compétition internationale du monde, qui a débuté en 1884 et s'est nourrie de la rivalité des nations britanniques, a pris fin en 1984.

Un an plus tard, ce sont à nouveau les Écossais qui brisent le cœur des Gallois alors que le pays cherche à se qualifier pour la Coupe du monde 1986 au Mexique.

Mark Hughes et Ian Rush étaient des joueurs de classe mondiale. Une victoire 3-0 contre l'Espagne dans le groupe de qualification à « The Racecourse » montre que l'équipe est capable de tenir ses promesses. Cependant, une autre main controversée et les mathématiques jouent contre le Pays de Galles à Ninian Park et les Écossais prennent l'avantage à la différence de buts.

Lors de cette nuit tragique, le sélectionneur écossais Jock Stein s'effondre sur le terrain et décède dans la salle médicale du stade.

Au cours des années suivantes, le Pays de Galles a eu un aperçu de ce qu'il pouvait devenir : la victoire 1-0 contre les champions du monde allemands en 1991 à Cardiff Arms Park a été l'un des moments forts.

C'est dans les années 90 que l'intérêt pour le football chez les Galloises a commencé à croître et en 1993, l'équipe féminine a joué son premier match international contre l'Islande.

L'année 1993 restera toutefois marquée par une nuit fatidique, le 17 novembre, une date qui restera gravée dans les annales du football gallois. Le sélectionneur gallois Terry Yorath avait créé une équipe solide, mais tout dépendait du dernier match des qualifications contre la Roumanie au Cardiff Arms Park. Le vainqueur devait se qualifier pour la Coupe du monde 1994. Le penalty de Paul Bodin a touché la barre transversale et le Pays de Galles a été éliminé de la compétition.

Certains grands joueurs gallois se sont illustrés sur la scène mondiale, notamment John Charles, devenu une idole en Italie, Ian Rush, redoutable buteur de Liverpool, Neville Southall, le gardien d'Everton, et Ryan Giggs, le joueur le plus décoré de l'histoire de la Premier League, mais aucun n’a réussi à traduire ses exploits en qualification pour un tournoi majeur.

Le Pays de Galles a frôlé la qualification pour l'Euro 2004, mais s'est incliné face à la Russie lors d'un barrage après une défaite 1-0 au Millennium Stadium, après avoir tenu les Russes en échec 0-0 au match aller à Moscou.

Pour les fans de longue date, l'idée que le Pays de Galles n'atteigne jamais une phase finale de son vivant n'était que trop réelle.

Cependant, avec l’essor d'une nouvelle génération de jeunes talents - au premier rang desquels le footballeur le plus cher de la planète, Gareth Bale - l'optimisme était grand quant à la renaissance du football gallois.

Le football gallois a été ébranlé lorsqu'en novembre 2011, Gary Speed, alors sélectionneur du Pays de Galles, a été retrouvé mort à son domicile et la communauté du football a fait le deuil d'un véritable héros gallois.

C'est son bon ami et ancien coéquipier Chris Coleman qui a eu la tâche peu enviable de reprendre les rênes du poste de sélectionneur du Pays de Galles.

Après plusieurs années de lutte pour tenter d'établir son identité footballistique, une campagne de qualification européenne réussie, qui a débuté par une victoire 2-1 en Andorre en septembre 2014, a marqué le début d'une incroyable aventure pour l'équipe nationale du Pays de Galles sous la direction de Chris Coleman. Cette longue attente d'une finale a finalement pris fin lorsque son équipe s'est qualifiée pour l'Euro 2016, s'embarquant dans un voyage inoubliable et inattendu jusqu'aux demi-finales, ne s'inclinant que face au génie de Cristiano Ronaldo et aux futurs vainqueurs, le Portugal.

Les joueurs gallois ont été accueillis en héros à leur retour à Cardiff, les fans se sont précipités dans les rues pour montrer leur reconnaissance aux joueurs pour ce qu'ils avaient accompli.

Une campagne de qualification décevante pour la Coupe du monde 2018 a vu le départ de Chris Coleman, et l'arrivée du nouveau patron Ryan Giggs a inauguré une nouvelle ère.

La deuxième génération dorée de joueurs gallois, menée par une cuvée de jeunes génies comme David Brooks, Dan James, Harry Wilson et Ethan Ampadu aux côtés de Gareth Bale, Joe Allen et Aaron Ramsey, a permis au pays de se qualifier pour l'Euro 2020 lors d'une nuit triomphale à Cardiff: le pays de Galles battant la Hongrie 2-0 pour sceller son passage en phase finale.

La phase finale, reportée en raison de la pandémie mondiale de coronavirus, aura lieu cet été.

Le Pays de Galles peut-il faire mieux que l'Euro 2016 et atteindre la finale ? On ne parierait pas contre.

Crédits de source : Association de football du Pays de Galles, Conseil municipal du Comté de Wrexham

Histoires connexes