Après l’arrivée des enfants, on a commencé à sentir que Londres n’était plus fait pour nous.

Jayne : Nous voulions une maison plus grande et plus d'espace pour les enfants et nous avions commencé à évaluer les options. Nous n'avions aucun lien réel avec le pays de Galles, mais nous savions que nous voulions être près de la campagne et nous étions très attirés par l'idée de vivre au bord de la mer. Nous avons fait une recherche sur Internet pour trouver les meilleurs endroits où vivre au Royaume-Uni, et Cardiff figurait sur la liste. Nous n'étions jamais allés là-bas auparavant, alors nous avons décidé d'y rendre et de jeter un coup d'œil. Le hasard a fait que notre hôtel se trouvait à Penarth, une ville juste à côté de Cardiff, et j'en suis tombé amoureuse.

Calum : Mon idée de départ était « Ok donc je déménage de Londres, alors je dois être dans le quartier le plus animé de Cardiff ! ». Mais ensuite, nous avons eu notre deuxième enfant et d’un coup, la vie de famille est devenue plus centrale dans notre existence, et j'ai commencé à penser que j'aimerais peut-être ralentir un peu. Nous avons fait une autre visite et Penarth nous paraissait le choix idéal. En plus, nous avons découvert qu'il y avait de bonnes écoles, ce qui était évidemment l'une des priorités de notre liste de souhaits.

Le médecin généraliste Calum Forrester-Paton explique pourquoi Penarth, dans le sud du pays de Galles, offre un équilibre parfait entre vie professionnelle et vie privée pour lui et sa famille.

Nous voulions tout avoir à notre porte

Jayne : Lorsque nous avons acheté la maison, nous avons envisagé différentes options et avons fini par acheter dans un lieu très central. Nous ne voulions pas être obligés d'utiliser la voiture tout le temps. Je voulais pouvoir aller à pied aux magasins, aux restaurants et à la gare - et être sur la côte est super. Un parc se trouve à deux minutes de la maison et puis le parc mène au bord de la mer ... Parfois, même si nous n'avons pas réussi à faire beaucoup en une journée, nous disons : « Et si on faisait un petit tour à pied jusqu'à la jetée de Penarth ? »

Travailler au pays de Galles vous procure un grand sens de satisfaction et les opportunités d’avancement de carrière ne manquent pas.

Calum : Il y a pas mal d’aspects de la culture du travail ici que j’apprécie beaucoup. Le modèle de partenariat me paraît plus fort au pays de Galles qu'à Londres. Plus de médecins fraîchement qualifiés souhaitent devenir partenaires de leur cabinet et assumer la responsabilité de sa politique et de sa direction, plutôt que d'être des employés rémunérés. Et au pays de Galles, vous avez ce système de « grappes » où les cabinets des généralistes dans la même région se regroupent pour mettre en commun leurs ressources et prodiguer des soins primaires intégrés. Cela signifie que je peux faire appel, par exemple, à des physiothérapeutes ou à des infirmières en santé mentale qui font effectivement partie de ma propre équipe.

Jayne : Je suppose que nos emplois sont uniques en ce sens que vous pouvez aller pratiquer presque n'importe où. Mais nous voulions nous trouver à proximité d’une grande ville comme Cardiff, dotée d’un hôpital universitaire pour pouvoir encore nous peaufiner en matière de formation médicale et d’avancement professionnel. En plus de travailler comme médecin généraliste, je consacre maintenant une partie de mon temps au département de la santé sexuelle au Cardiff Royal Infirmary.

Calum : Oui, si vous voulez être impliqué dans la recherche ou l'enseignement, vous avez tout ce qu’il faut ici. J'ai également assumé un poste supplémentaire au sein d'un conseil de santé voisin, Cwm Taf, travaillant pour l’œuvre caritative Macmillan, visant à améliorer la qualité des soins oncologiques prodigués par les médecins généralistes de la région.

 

Le médecin généraliste Calum Forrester-Paton descend un couloir dans son cabinet
GP Calum Forrester-Paton en su escritorio en la clinica con un paciente
Le médecin généraliste Calum Forrester-Paton

Nous prévoyons de tirer le meilleur parti de l'endroit où nous vivons à mesure que les enfants grandissent

Jayne : Même maintenant, avec notre bébé de 11 mois, c’est un vrai plaisir de se promener sur l'une des plages locales. Mais nous avons hâte de faire des randonnées dans les Brecon Beacons et d’aller camper. Je sais qu'il y a toutes sortes de choses que les enfants vont adorer quand ils seront plus grands.

Calum : Je veux commencer à surfer. Ce n’est qu’un fantasme pour le moment, mais j'aimerais que cela devienne une réalité. Je veux aussi faire plus de marche et de vélo. J'ai souvent eu besoin de me rendre sur l'A470, une partie de The Cambrian Way, et le paysage sur le chemin de Merthyr Tydfil est à couper le souffle. À Londres, nous faisions beaucoup de vélo - nous allions même à la garderie avec les enfants dans une remorque à l'arrière. Maintenant que nous en avons trois, y compris un bébé, ce n’est plus vraiment possible, mais nous avons hâte de pouvoir recommencer bientôt.

« C'est fou. On a l'impression d'être en vacances, mais c'est notre chez nous. »

Nous avons trouvé notre chez nous pour toujours ici au pays de Galles

Calum : Je ne peux pas croire qu'à un moment donné, nous hésitions à quitter Londres. Nous n'avons pas regretté notre décision une seule seconde. Tout le monde est vraiment sympa, le rythme est plus lent dans une petite ville comme Penarth, et je passe plus de temps au grand air. Il y a moins de monde, alors faire des choses avec les enfants est tellement moins stressant. Et les trajets quotidiens dans un environnement aussi inspirant, cela donne la pêche en début et en fin de journée.

Jayne : Au cours de nos premiers mois ici, nous ne pouvions pas arrêter de sourire, c’était de l’autosatisfaction pure …. Il y avait des moments où nous étions assis au soleil, en regardant la mer, où je disais : « C'est fou. On a l'impression d'être en vacances, mais c'est notre chez nous.» Et après seulement 12 mois, nous nous sommes faits de nombreux amis adorables. Je sens que nous faisons partie d'une communauté.

La famille de Forrester-Paton à Penarth plage
Famille de Forrester-Paton marche sur la jetée de Penarth
La famille profite de la proximité de Penarth

Histoires connexes