J'ai grandi avec un esprit d'aventure

Mes deux parents étaient des ingénieurs indépendants et ils avaient cet esprit de la gagne. J'ai commencé à faire de la moto à l'âge de six ans et mes plus beaux souvenirs d'enfance sont de notre maison sur le flanc d’une montagne glaciale à Aberdare, où je ne sentais plus mes doigts. Mon père travaillait sur mon vélo et ma mère cuisinait pour tout le monde. J’adorais ça.

J'aime le cyclisme et l'un des meilleurs événements sportifs auquel j'ai assisté est le festival du cyclisme d'Abergavenny. Chaque génération de la communauté était dans la rue, observant des enfants âgés de huit ou neuf ans, arpentant de minuscules bicyclettes, jusqu'aux pros, tous en train de courir sur le même circuit. C'était incroyable - tout ce que le sport devrait être.

Richard Parks, explorateur du pays de Galles. De l'intérieur des terres, il nous guide à travers la campagne jusqu'à la côte.  

J'ai toujours été tout ou rien

Quand j'ai perdu mon sponsor pour le motocyclisme, j’ai concentré mon attention sur le rugby. Tous les jeunes garçons et filles grandissent en voulant jouer pour le pays de Galles. Porter le maillot rouge a quelque chose de magique. Mais pour moi, c'était aussi être le meilleur que je pouvais être.

J'ai passé une année extrêmement importante en Afrique du Sud. À 17 ans, j'ai reçu une bourse pour étudier au Michaelhouse College, au KwaZulu-Natal. C'était juste après l'apartheid et j'étais le premier et le seul étudiant noir du premier XV. J'ai mûri très vite pendant cette année. Cela m'a ouvert les yeux sur le professionnalisme : il ne s'agissait pas d'argent, mais de la façon dont vous vous appliquiez à votre métier. Nous étions une équipe scolaire qui s’entraînait trois fois par jour et jouait devant 14.000 personnes.

Toute étape en dehors de notre zone de confort est une étape essentielle vers la connaissance de soi et, finalement, le bonheur."

J'ai connu des moments difficiles et des périodes sombres, comme tout le monde. La vie est un voyage avec des bons et des mauvais moments. Je crois vraiment à l’importance d’utiliser toutes les expériences de la vie pour nous enrichir. Je suis si reconnaissant d'être ici maintenant.

Richard Parks standing on the edge of a mountain silhouetted at dusk
Richard Parks escalade Coed y Brenin

Les montagnes m’ont calmé

Une blessure a mis un terme à ma carrière de rugbyman, et ce n'est que depuis quelques années que j'ai pu surmonter les émotions, tant positives que négatives, et enfin me rendre compte de la chance que j’ai eu de jouer pour mon pays. Cette paix intérieure, je la dois aux montagnes, c’est l’un des plus grands cadeaux qu’elles m’ont offert : je suis à nouveau capable d’aimer le rugby.

Il n'est pas nécessaire que ce soit amusant pour être amusant. S'amuser peut signifier défi, satisfaction et accomplissement, ainsi que rire et plaisanter et passer du temps avec les gens. Certains des moments les plus heureux de ma vie sont survenus après les épreuves et les tribulations les plus difficiles. Je suis plus heureux si j'ai mérité quelque chose.

Il y a toujours un carrefour

Chaque montagne que j'ai escaladée ou chaque épreuve d'endurance que j'ai faite a comporté un moment de doute. C'est ce que je tire de ce que je fais. Dans une société obsédée par la gratification immédiate, j'aime la pureté d'avoir un objectif, d'atteindre le sommet et de devoir contourner les difficultés pour y parvenir.

Je suis tombé dans une crevasse sur le Denali. Ce fut vraiment le moment le plus effrayant de ma vie. Je ne savais pas comment j'allais m'en sortir vivant.

Richard Parks riding a mountain bike
mountain bike leaning on a fence in front of a waterfall
Richard Parks carrying his mountain bike
Richard Parks enfourche son VTT dans la forêt de Coed y Brenin dans le parc national de Snowdonia

L'Antarctique était le plus difficile

J'ai poussé mon corps physiquement et psychologiquement plus loin que jamais. Je suis entré dans des recoins de mon âme dont j’ignorais l’existence. J'ai passé des journées brutales à skier dans un voile blanc pendant 12 heures. Puis il y a eu des moments où le soleil était au bon endroit, les cristaux de neige le réfractaient, ce qui donnait l'impression de glisser sur un lit de diamants. Pendant cette demi-heure, c’était l’euphorie. Pouvoir reconnaître ces moments, c'est ce qui rend la vie riche.

La culture des vallées du sud du pays de Galles nous rend spéciaux

Je viens de Pontypridd et nous partageons ce sentiment de communauté et de convivialité avec le monde entier. Pour une petite nation, nous incarnons l'esprit d'aventure. Regardez le peuplement de la Patagonie par les Gallois il y a 150 ans - nous avons toujours relevé les défis.

J'aime où j'habite, à Cardiff Bay

Le navire du capitaine Scott, le Terra Nova, est parti d'ici et c’est plutôt impressionnant de vivre dans ce foyer du patrimoine polaire gallois. Il ne cesse jamais de dévoiler des couches d'histoire, l’histoire de ces hommes et les femmes qui sont partis vers l’aventure avant nous. Et vous ne pouvez pas grimper dans le Snowdonia sans sentir les esprits d’alpinistes tels que Mallory et Irvine, Hillary et Tenzing.

Richard Parks sat outside his tent, camping in Wales
Richard Parks à Coed y Brenin

Chaque fois que je rentre chez moi, je vois le pays de Galles sous un œil nouveau

J’ai eu le privilège de visiter beaucoup d’endroits mais cela ne m'a fait qu'apprécier davantage la richesse que nous avons à notre porte. À certains égards, je ne quitte jamais la maison. Je porte partout le même drapeau gallois avec moi et je suis vraiment fier du fait qu’il orne le salon des joueurs du Principality Stadium lorsque je ne participe pas à des expéditions.

Histoires connexes