Le Pays de Galles et l'Irlande ne sont pas seulement proches géographiquement - à moins de 482 km l'un de l'autre - mais ils partagent un lien spécial en tant que frères et sœurs celtes. Au fil des siècles, les deux pays se sont inspirés l'un de l'autre, se sont entraidés et se sont proposés des possibilités de collaboration et de croissance. Nous examinons ici les affinités les plus profondes qui unissent les deux pays.

Des liens linguistiques

Les langues du Pays de Galles et de l'Irlande appartiennent à la même famille ; elles sont toutes deux classées parmi les langues celtiques vivantes, avec le breton et le gaélique écossais. Au Pays de Galles et en Irlande, il est normal que les écoliers reçoivent un enseignement dans leur langue maternelle dans le cadre du programme scolaire. Les chiffres du recensement irlandais de 2016 montrent que 1,7 % de la population parle le gaélique irlandais tous les jours. Au Pays de Galles, 16,3 % de la population parle le gallois au quotidien.

Si les deux langues proviennent de la même source, les formes écrites et parlées sont différentes. Un Gallois aurait du mal à comprendre le gaélique irlandais. Les alphabets sont également légèrement différents : l'alphabet irlandais compte 18 lettres, tandis que l'alphabet gallois en compte 29.

Malgré ces différences, les deux pays s'engagent à maintenir leurs langues celtiques vivantes par le biais de politiques éducatives, d'événements culturels, de la littérature et de la musique.

Et si le Saint Patrick avait été en réalité gallois ?

Le 17 mars est toujours l'occasion d'une foule de célébrations enthousiastes de la Saint-Patrick dans le monde entier. La plupart d'entre elles ont lieu en Irlande (dont il est le saint patron), en Amérique et au Pays de Galles, car il se peut que le Saint Patrick ait été gallois. À l'époque, le Pays de Galles tel qu'il est aujourd'hui n'existait pas ; il faisait partie des terres qui constituaient la Grande-Bretagne romaine. Selon les archives, saint Patrick est né en 387 après J.-C. dans un lieu appelé Bannavem Taburniae, que certains considèrent comme étant Banwen, à Neath Port Talbot.

Selon les archives historiques, le Saint Patrick est né dans une famille chrétienne qui vivait dans une villa. Il est allé à l'école jusqu'à ce qu'il soit enlevé à l'adolescence et contraint à l'esclavage en Irlande, où il travaillait comme berger. Il a fini par s'échapper et a pris le bateau pour rentrer chez lui, où il a suivi une formation de missionnaire à l'église de Llantwit Major, dans le sud du Pays de Galles, et est devenu prêtre avant de retourner en Irlande pour en devenir le premier évêque. Il n'est pas prouvé que cela se soit réellement produit, mais c'est une histoire pour le moins intéressante et romantique, qui lie le Pays de Galles et l'Irlande.

Extérieur de l'église et cimetière
Église de Saint Illtud, Vale of Glamorgan

Des Irlandais ont participé à la construction des docks de Cardiff

À l'époque de la Grande Famine irlandaise, dans les années 1840, Cardiff était en plein essor grâce au développement du port et des chemins de fer. Le deuxième marquis de Bute, qui est devenu l'homme le plus riche du monde en développant l'industrie du charbon et du fer, a fait venir des milliers de familles irlandaises à Cardiff pour travailler sur les docks. Cet afflux a fait qu'environ 40 % des habitants de Cardiff étaient irlandais, et beaucoup d'entre eux vivaient dans des logements construits à cet effet dans des communautés proches des docks. Si les logements n'étaient pas d'un grand standing, l'esprit communautaire était dynamique, animé et amusant. Un quartier, Newtown, était d'ailleurs connu sous le nom de Little Ireland.

Une fois les docks terminés, les résidents irlandais sont restés pour effectuer des travaux dans d'autres parties de la ville. Ces établissements ont aujourd'hui disparu depuis longtemps, mais les gens et les lieux survivent dans les histoires transmises d'une génération à l'autre et à travers des organisations comme la Newtown Association.

Image aérienne en noir et blanc des Docks de Cardiff (historique)
Image aérienne en noir et blanc des Docks de Cardiff
Des dockers, début du 20e siècle et docks de Cardiff et Butetown, années 1920

Échange culturel

Pendant 10 jours au mois d'août, le festival celtique de Lorient, en France, rassemble des visiteurs du monde entier qui viennent y découvrir la musique des pays celtes, notamment du Pays de Galles et de l'Irlande. À travers plus de 120 spectacles, performances musicales, masterclasses, parades et sessions artistiques, 750 000 visiteurs et spectateurs explorent l'identité celtique du passé, du présent et du futur.

En 2019, un groupe de jeunes musiciens gallois, irlandais et écossais a participé à un projet intitulé Mamiaith (« langue maternelle »). Il s'agissait d'une collaboration organisée par Wales Arts International pour explorer les questions relatives à la langue, à la culture et à l'identité indigènes, en examinant comment la musique véhicule la langue tout en la transcendant à travers le monde.

Ce ne sont là que quelques-unes des nombreuses célébrations transfrontalières des liens, similitudes et différences entre les pays celtes. Mais s’il y a une chose que le Pays de Galles et l'Irlande ont définitivement en commun, c'est la convivialité du temps passé entre amis, nouveaux ou anciens ! Depuis des siècles, les Irlandais inspirent les Gallois et vice-versa. Artistes, musiciens, écrivains et interprètes se rendent chez leurs homologues celtes pour s'inspirer, explorer et découvrir.

Des relations commerciales modernes

L'Irlande est le quatrième marché d'exportation du Pays de Galles, la valeur des exportations galloises vers l'Irlande atteignant 1,2 milliard de livres en 2020. Environ 80 entreprises irlandaises emploient 5 000 personnes au Pays de Galles.

À tout moment, des projets de recherche sont menés avec des équipes universitaires. L'université d'Aberystwyth dispose d'un département entier consacré aux relations entre le Pays de Galles et sa famille celtique - le département des études galloises et celtiques. Il est spécialisé dans la littérature et la langue des pays celtes, du VIe siècle à nos jours, et collabore pour des recherches avec des universités d'Irlande, d'Écosse, de France et d'ailleurs.

Le projet BUCANIER (qui signifie "Building Clusters and Networks in Innovation Enterprise and Research") soutient l'innovation et la croissance au Pays de Galles et en Irlande. Il se concentre sur les secteurs de l'alimentation et des boissons, des sciences de la vie et des énergies renouvelables. Environ 120 petites entreprises du Pays de Galles et d'Irlande bénéficient de ce programme financé par l'UE à hauteur de 2,9 millions d'euros sur trois ans. Le soutien offert par le fonds peut aider à la génération d'idées, au développement, aux tests de produits, à la planification de services, au partage de connaissances, au commerce transfrontalier et à la création d'emplois.

Une consule générale dédiée, Denise Hanrahan, représente l'Irlande au Pays de Galles, et un représentant à plein temps du gouvernement gallois est basé à l'ambassade britannique de Dublin. Ensemble, ils veillent à ce que les relations entre le Pays de Galles et l'Irlande restent solides.

Le bâtiment de style gothique du Old College à Aberystwyth avec la mer en arrière-plan
Le Old College, Université d’Aberystwyth, centre du Pays de Galles

Histoires connexes